Le voyage est la seule chose qu’on achète et qui nous rend plus riche

Je voyage actuellement pour au moins 5 mois et une question revient souvent : « comment peux-tu financer autant de voyages alors que tu ne travaille pas/plus ? »

J’aurai aimé vous répondre « Mon père , c’est Rotschild » ou « J’ai gagné au loto » ou une réponse autre que « J’ai travaillé et j’ai mis de côté ». Généralement cette dernière réponse génère plus de surprise que les 2 premières.

J’ai la « chance » d’avoir travaillé pour un grand groupe dans le secteur bancaire, et généralement les gens réagissent aussi ainsi « ah oui, normal alors » (sous-entendu??).

Je connais beaucoup de personnes qui gagnaient autant que moi ou même plus qui ont du mal à économiser pour un projet à moyen terme. Je ne veux pas me vanter d’avoir réussi à le faire mais je veux juste que vous vous rendiez compte que c’est possible ! Cela prendra plus ou moins de temps en fonction de ce que vous gagnez et de la somme souhaitée, mais si vous vous décidez à mettre régulièrement (au moins tous les mois ) de côté pour votre projet, cela aboutira !

Maintenant, pendant mon voyage jessaye de gérer au mieux mon budget, ce qui est relativement difficile quand il s’agit d’étalonner son budget sur plusieurs mois avec plusieurs devises et niveaux de vie différents selon les pays où je serai . Mais cela fait aussi partie de l’aventure ! Et à vrai dire, gérer un budget en plusieurs devises faisait partie de mon précédent job 😅

Pour tenir mon budget, je ne reste pas dans des hôtels 5 étoiles, et souvent même pas dans des hôtels à vrai dire ! Je reste souvent dans des auberges de jeunesse (ou hostels) , en dortoir, pas très luxueux ou comfy mais c’est généralement le moins cher surtout dans des pays développés (type USA, Hawaii, Australie…) où la nuit en dortoir débute à 20€ (Et peut aller jusqu’à 40€! Oui oui en dortoir !). Dans les pays en développement (type Asie ou Amérique du sud), il est plus facile davoir une chambre individuelle pour 15-20€ mais du coup la nuit en dortoir peut revenir à moins de 10€ également.

J’appelle ça souvent « les coulisses » du voyage ou le « revers de la medaille » . Ce que voient souvent les gens (et ce que je montre, il est vrai) ce sont les paysages , les activités, le fait d’être loin dans un pays exotique… cela fait « rêver ». Mais s’ils savaient qu’il est parfois nécessaire de faire des concessions pour pouvoir ensuite profiter de tout ce que voyager dans un nouveau pays peut offrir, certains ne me diraient plus « la chance! ».

Je semble mener la belle vie, mais elle n’en est pas pour autant « luxueuse ». Elle est en fait très simple (financièrement parlant et en termes de confort). Tant que je profite au maximum et à ma façon de mes voyages, c’est ce qui compte !

Personnellement j’aime privilégier le rapport qualité/prix, et écouter mes envies et besoins. Si à un moment j’ai besoin de plus d’intimité je vais prendre une chambre à l’hôtel quitte à payer 50-60€ la nuit mais cela se compense par les certaines nuits à 10€ que j’aurai prises. J’essaye de garder une moyenne de 20€ pour ne pas tomber « dans le rouge ». Bien entendu, c’est également un choix de ma part de rester en auberge car voyageant seule c’est souvent là que je vais rencontrer de nouvelles personnes ou compagnons de voyage 🙂

Pour un budget voyage, ce qui prendra la plus grande part ce sont les billets d’avion! Et certains pays vous demanderont un billet de sortie du pays… ce qui demande davoir un minimum de visibilité sur la suite !

L’objet de cet article était vraiment pour dire que l’argent se gagne de nos jours par le travail (breaking news!!) , oui j’ai vendu 8h par jour de mon temps à un patron qui m’a donnée de l’argent en échange. J’ai donné de mon temps et offert mes compétences acquises tout au long de mes études et autres expériences professionnelles, c’est typiquement comme ça que la « vie » fonctionne (la vie professionnelle du moins). A côté de ça, il est vrai que j’ai choisi de mettre cette situation à mon avantage , travailler , apprendre, m’épanouir mais également suivre mes envies EN DEHORS du cadre régi par un contrat de travail … Il paraît qu’en dehors c’est aussi la « vie » ^^

Je pense que le secret est de trouver le bon équilibre entre sa vie professionnelle et ses aspirations personnelles. Le budget/ l’argent n’est qu’un moyen d’y parvenir et il y a de multiples façons d’en obtenir et la plus facile (et légale) aujourd’hui c’est de travailler ! (Le must serait de travailler pour soi et être son propre patron n’est-ce pas ?)

Le plus dur est aujourd’hui de connaître ses priorités, identifier et préciser ses projets et objectifs de vie car souvent on suit tout simplement le plan le plus simple et le plus appliqué (école/études/travail/maison/mariage/bébé/chien etc).

A quel moment vous êtes-vous demandé si ce que vous faisiez aujourd’hui vous rendait heureux ?

J’ai un peu dérivé du sujet initial mais sachez qu’une fois que je n’aurai plus de sous… je travaillerai à nouveau !! Et poursuivrai de nouveaux projets 🙂

Belle vie à tous ❤ j’espère réellement que vous êtes épanouis dans votre vie aujourd’hui, et si ce n’est pas le cas, qu’est ce qui vous retient de vivre « la belle vie » ?

Publicités

Good luck and good morning – La chance sourit à celui qui décide d’en avoir

« Tu as de la chance »

est la phrase qui revient le plus souvent quand on prend connaissance de tous les voyages que j’ai faits, de l’année sabbatique que j’ai vécue en Australie, du trip autour du monde que je fais actuellement après avoir quitté mon boulot…

(Alors que je ne suis pas la seule, une énorme communauté de voyageurs existe, et à côté de vrais baroudeurs je ne suis clairement pas de taille !)

Je vais vous avouer quelque chose, je n’ai pas eu de chance, en tout cas tout ce qui « m’arrive » n’est pas dû à la chance au sens propre; à savoir (selon la définition sortie dans Google) : « Manière (favorable ou défavorable–> mais on l’utilise souvent dans sa connotation positive) dont un événement se produit par hasard.« 

Je peux cependant comprendre cette remarque car avant que tout ça ne « m’arrive » c’est ce que je me disais aussi de mes amis que je voyais voyager si souvent ou partis en expatriation à travers leurs publications Facebook.
J’avais cette amie (que j’ai toujours 🙂 ) qui était partie un an en nouvelle-Zélande et qui avait enchainé tellement de destinations qui faisaient rêver… et bien sûr je lui ai écrit en disant « Quelle chance tu as de voyager à travers le monde comme tu le fais ! Mais comment tiens-tu financièrement ? Tu travailles ? etc. » (Le genre de choses que l’on me dit aujourd’hui hehe).
Et ce qu’elle me répondit à l’époque m’a marquée à jamais car c’est ce qui m’a conduit à sauter le pas par la suite, et vivre « le rêve » et créer « sa chance ».
Elle m’a simplement répondu « Ce n’est pas de la chance, c’est juste un choix« .
Et cela a résonné comme un déclic…
Aujourd’hui nous sommes tellement conditionnés à faire les choses de façon automatique et d’emprunter le chemin que tout le monde prend… le plus dur est de se rendre compte que cela ne nous convient pas et que nous sommes dans la possibilité de d’entreprendre des projets qui nous ressemblent.
Ce chemin standard peut convenir à certaines personnes évidemment à condition qu’elles fassent ce qu’elles aiment dans la vie et surtout que ce qu’elles fassent aient du sens pour elles.
Bien sûr, comme tout dans la vie, cela demande des efforts, des sacrifices parfois, mais surtout de prendre des risques et de sortir de sa zone de confort. Et croyez-moi, c’est ce qui vous permettra de vous sentir vraiment vivant et vous épanouira dans la vie de tous les jours. Et encore une fois, je ne parle pas forcément que de mon cas c’est-à-dire « en gros » : quitter son boulot pour voyager et s’expatrier. Mais ça peut être faire une activité qu’on aime, apprendre quelque chose de nouveau, aller quelque part où on n’est jamais allé, vivre ailleurs, rencontrer quelqu’un, posséder quelque chose… etc.
Les seules limites qui existent sont celles que vous vous fixez 🙂
On m’a dit « tu as de la chance, c’est ta dernière semaine au boulot ». Je ne considère pas que ce soit de la chance car je n’ai pas vraiment gagné à la « loterie de la Démission » mise en place de façon annuelle dans ma boîte (joke) mais j’ai réfléchi, pesé le pour et le contre, et posé ma démission. Pris le risque de quitter le confort de mon CDI dans une grande boîte qui me permettait de payer mon loyer tous les mois dans mon petit cocon parisien, pour l’aventure et l’inconnu.
J’en avais juste pris la décision et avais agi en ce sens pour concrétiser cette décision.
A mon sens je ne prenais pas énormément de risques, ou du moins je prends des risques que j’aime qualifiés de « contrôlés » . Étant plutôt du genre prévoyante et organisée, j’aime savoir où je vais, quelles options s’offrent à moi et prévoir quelques scénarios catastrophes et prévoir les solutions que j’opterai le cas échéant. Donc en gros, je perdais « juste » mon CDI (et mon appart à Paris, en location) mais en contrepartie j’avais eu le sésame pour le Canada (PVT de 2 ans), 6 mois devant moi pour voyager à travers le monde, et de toute façon la possibilité de « revenir en arrière » en France si jamais ça ne se passait pas comme prévu ou que je changeais d’avis (ça peut arriver!).
Généralement ce que les gens voient est le résultat de vos actions et pas tout ce qui s’est passé avant pour que votre projet se réalise, et aiment souvent résumer cela à de la « chance ».
En conclusion, ne mettez pas toujours sur le compte de la chance quelque chose dont vous pouvez être maître et non laissée au hasard ! Ou bien dit autrement, vous aussi vous pouvez avoir de la « chance » en la créant vous même 😉
IMG_20180130_230457_092.jpg
Je vous quitte sur une photo de moi et mon infinity pool à Bohol aux Philippines 🙂 (Comment ça elle ne m’appartient pas??)
(Plus de photos sur mon Instagram 🙂 )

Rien ne vous limite excepté vos peurs

Hey mates !

On me demande souvent comment je fais pour voyager seule, pas souvent en termes de sécurité car oui pour une fille cela peut être généralement plus risqué mais vraiment en termes de « solitude ». Comment peut-on voyager seul et ne « rien » partager, en tout cas ne pas partager avec une autre personne avec qui on voyage et qui vit les mêmes choses que nous ?

D’abord, il faut trouver cette personne. Il faut que vous l’appréciez assez pour rester 1 semaine, 1 mois, ou 1 an avec, peut-être 24h/24 par moment. Il faut que cette personne soit disponible (en vacances, au chômage etc), et il faut qu’elle aie les moyens financiers de vous accompagner ! Éventuellement les mêmes centres d’intérêts (c’est mieux) et une certaine ouverture d’esprit. Alors vous avez cette personne en tête ?? J’imagine que non, sinon vous seriez déjà avec elle à mes côtés sur les plages australiennes hihi

Blague à part, la première question à vous poser quand vous voyager est de savoir pourquoi vous le faites ? Généralement c’est pour s’évader, se reposer, s’amuser, se divertir, découvrir une nouvelle culture ou une région. Bien sûr il est toujours intéressant et plus « ludique » de le faire à deux ou plus, et des amis d’autant plus. Mais ne le feriez-vous jamais si cette ou ces personnes n’étaient pas disponibles en même temps que vous ? et avec les mêmes moyens ?

La « peur » de n’avoir personne avec qui partager son voyage n’est pas une excuse à mon avis, car en tant que voyageur solo on rencontre énormément de personnes ! (qui souvent voyagent solo aussi) Ces personnes ont moins de mal à aller vers vous si elles vous voient seul, ou vous même avez moins de mal à aller vers de nouvelles personnes si vous n’êtes pas constamment entourés de vos amis. Et croyez-moi, quand vous accrochez bien avec quelqu’un durant votre voyage, il y a de fortes chances que vous continuiez votre route ensemble ou que vous gardiez contact pour devenir bons amis par la suite !

Le truc c’est juste d’oser. On a toujours peur d’être seul, mais je vous assure que quand je voyage, je dois faire en sorte de me dégager du temps pour être vraiment seule car je suis en permanence entourée ! En coloc ou en auberge, vous avez ceux qui partagent votre quotidien, sur la route ou durant vos activités ceux qui partagent vos centres d’intérêt, au bar ou boîte ceux avec qui vous trinquez ou partagez le dancefloor, au boulot avec vos collègues (si jamais vous travaillez pendant votre voyage), bref, pour moi c’est quasi impossible d’être seul si on ne souhaite PAS se sentir seul !

Bien entendu, j’aime partager mes voyages avec mes amis avec qui je sais que je passerai un bon moment sur une durée moyenne voire longue, mais nous n’avons pas tous le même emploi du temps ! Et j’ai aussi des amis avec qui je SAIS qu’au bout de 3 jours, on se prendra la tête, et je ne veux pas risquer de les perdre en tant qu’amis 🙂

Vivre le voyage pour soi est quelque chose de merveilleux, si on peut le partager c’est encore mieux, encore faut-il que ce soit la bonne personne mais est-ce qu’il ne faut pas confondre « partager » et « s’amuser »? On peut avoir beaucoup plus de « fun » certes avec des amis de longue date etc, mais bon dans ce cas ce sont des moments entre amis que nous désirons, voyager c’est encore autre chose 🙂

Qu’en pensez-vous ? Surtout ceux qui ne voyagent pas seuls ??

Un conseil pour ceux qui ne l’ont jamais fait, essayez 🙂 et vivez le moment pour vous, vous m’en direz des nouvelles !

No worries mate !

Vivi

 

Photos : des personnes rencontrées en Australie avec qui j’ai passé du temps et avec qui je garderai définitivement contact 🙂

 

Heureux sont ceux qui prennent la vie jour après jour

Hey mates ! Long time no see !

J’avais pour ambition de rédiger régulièrement (et fréquemment) sur ce blog mais voilà déjà 3 semaines que je le délaisse !

J’essaye cependant de poster régulièrement sur ma page Facebook Vivi No Worries (le challenge d’une photo par jour semble plus difficile que prévu! mais je vais faire en sorte de m’y tenir ! ici) et sur ma page Insta @vivinoworries!

3 semaines cela paraît à la fois court et long à la fois, car il s’est passé beaucoup de choses dans ce laps de temps !

Je suis revenue dans MA ville, celle qui fait battre mon cœur : SYDNEY ❤

Être revenue à Sydney m’a fait sentir bizarrement comme si j’étais revenue chez moi… bizarre car je n’y ai vécu que 6 mois sur mon année en Australie en 2015/2016 mais quel bonheur ça a été de voir que les rues m’étaient toutes familières, j’y ai retrouvé mes quartiers préférés, mes restaurants préférés, et des souvenirs à chaque coin de rue !

Je suis restée 2 semaines à Sydney et j’ai eu le temps de me replonger doucement dans ce quotidien agréable… renouer avec les habitudes sydneysiennes (même si ce mot n’existe pas, créons le !) : boire son petit café (skinny flat white) au petit matin, marcher sans compter dans toute la city, rejoindre des amis par ci par là, sans contrainte (j’ai raté mon bus, ya trop de monde, ya des bouchons, blablabla…). Bref la vie simple et agréable de Sydney quoi ! 🙂 Et bien sûr se prélasser sur les plages de Sydney (un de mes passe-temps favoris!!).

J’ai ensuite passé une semaine dans un « surf camp » où, comme son nom l’indique, j’ai passé la semaine à apprendre à surfer ! 4h par jour, 1 fois le matin et 1 fois l’après midi, entre-coupé par les repas et les pauses à la piscine… bref une semaine parfaite comme on peut en rêver ! (j’en dirai un peu plus dans un autre article!)

Et pourtant… j’ai l’impression de n’avoir eu le temps de rien faire ! D’écrire en tout cas sur ce blog pour donner des news. Je suis présente sur les réseaux sociaux mais on va dire que c’est du « live » donc ça ne demande pas vraiment d’effort, de préparation.

J’avais de longues journées devant moi, et parfois je trouvais que j’en avais pas assez pour faire des choses qui me semblaient importantes. C’est sûr qu’entre se dorer la pilule sur la plage, manger des nachos, rigoler avec ses anciens ou nouveaux amis ça prend du temps aussi !!! J’avais beaucoup de temps pour moi, à foison, et je trouve que je l’ai mal exploité car souvent… j’avais la flemme !! Même si j’aime passer du temps seule pour pouvoir avancer sur certains projets, mais encore faut-il pouvoir être productif… Et oui je ne suis pas en simples « vacances », ce voyage de 6 mois va aussi me servir à prendre du recul et savoir ce qui est important pour moi et mieux déterminer et concrétiser mes projets futurs.

Et vous? Prenez-vous du temps pour vous ??? Que vous soyez au « travail », en « vacances », ou en « vadrouille »???

Plus de photos sur mon facebook ou instagram 🙂

 

No worries mate !!

 

Vivi

Bien des choses semblent impossibles tant qu’on ne les a pas tentées

22 novembre 2017 : c’est le grand départ, je quitte Paris pour m’envoler vers de nouveaux horizons.

Une chose m’a marquée quand j’ai dit au revoir à mes collègues pour la dernière fois, on m’a dit « C’est bien que tu fasses ce genre de chose (comprendre : démissionner et parcourir le monde (entre autre)), au moins ça nous prouve que c’est possible de le faire ».

Bien sûr que ce que je fais est possible pour tous, je ne fais rien d’extraordinaire en soi, je suis juste mes envies et ambitions, qui pour moi ne se résument pas à avoir un CDI et un appart. Je suis contente de savoir que cette décision de quitter la France et notamment mon boulot puisse encourager d’autres personnes à poursuivre leurs rêves et réaliser leurs propres projets (qui n’impliquent pas forcément le voyage). « Quand on veut, on peut » dit si bien l’adage :). On ne dit pas que ce sera facile, on dit juste que c’est possible !

J’essayerai de partager au max mon périple qui va durer entre 5 et 6 mois, un mini « tour du monde ». Un dernier grand voyage avant mon expatriation au Canada !

Une photo par jour sera postée sur ma page Facebook : https://www.facebook.com/vivinoworries/

Et vous pouvez aussi me suivre sur Instagram pour mon petit best-of : https://www.instagram.com/vivinoworries/

See you soon … and no worries mate* !

 


*See you soon = A bientôt

No worries = Pas de souci; t’inquiète …

Mate : Mec